Ebola: avant qu’il ne soit trop tard

Au cours des deux dernières semaines, des milliers de courageux membres d’Avaaz se sont portés volontaires pour s’envoler pour l’Afrique de l’Ouest afin d’y aider à contrer le terrible virus Ebola. Cet acte d’héroïsme pur atteste de la fraternité que nous unit en tant que membres de cette communauté mondiale.

Mais comme nous ne pouvons pas tous voyager, ou que nous n’avons pas tous les qualifications nécessaires, Avaaz a demandé à une des plus importantes organisations actives sur le terrain ce que nos 39 millions de membres pourraient faire pour aider ces professionnels de santé à sauver des vies et à enrayer la propagation du virus. Leur réponse a été tellement simple, concrète et tragique que j’en ai eu les larmes aux yeux: du matériel sanitaire – des gants, du savon, du chlore, des équipements personnels de sécurité (EPP), des lits et de l’équipement pour les centres de traitement de l’Ebola.

C’en est presque criminel: la communauté internationale n’arrive même pas à fournir ces éléments de base. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons le faire. Les équipements personnels de sécurité coûtent 220€ — et comme ils sont à usage unique, les équipes médicales en utilisent plus de 15 000 par mois! Avec 40 000€, nous pouvons également acheter, envoyer et équiper une ambulance.

C’est simple: si nous sommes 50 000 à donner juste 16€ maintenant, nous pouvons acheter 10 ambulances et 2000 combinaisons. Les organisations de terrain sont capables d’expédier cet équipement assez rapidement pour que les médecins locaux et internationaux, les infirmier(e)s et les fantastiques volontaires de notre communauté puissent avoir une chance de contrer Ebola avant qu’il ne soit trop tard pour espérer enrayer l’épidémie.Alice Jay