Le Gouverneur de la BCM: Les réformes monétaires ont pour but de protéger l’ouguiya et de préserver sa valeur

 Le gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), M. Abdel Aziz Ould Dahi, a indiqué, au cours d’une conférence de presse tenue mardi à Nouakchott, que la Mauritanie a recouru au changement de sa monnaie pour éviter l’inflation, soulignant que d’autres pays ont recouru à une telle mesure. Cela, a-t-il dit, est intervenu à cause de facteurs objectifs qui ont pour finalité de protéger la monnaie nationale, de préserver sa valeur et d’améliorer la compétitivité de l’économie nationale.

Le gouverneur a souligné que si les périodes passées ont connu un doute concernant les chiffres, dans la période actuelle il ne peut y avoir aucun doute au sujet des chiffres, étant donné que nous avons tiré profit de l’expérience passée et que nous nous sommes assurés de tous les chiffres, à travers les sites de tous les milieux concernés et notamment ceux des institutions financières internationales.

Le Gouverneur de la BCM a précisé que les critères de création des banques se basent sur une étude menée par l’investisseur, sur la base du besoin permanent des banques, surtout si elles sont orientées correctement vers la spécialisation, car a un impact positif sur le pays, surtout que du point de vue économique, on ne peut limiter le nombre des banques.

En ce qui concerne le transfert des fonds, le gouverneur a estimé que la BCM n’a pris aucune mesure dans ce domaine mais qu’il y a des projets de lois en cours pour organiser ce domaine. Il a affirmé, dans ce cadre, que la BCM n’a autorisé aucun acteur dans le domaine de change de transférer les fonds, soulignant que la masse monétaire destinée à cette fin reste dans un volume ordinaire et reste suivie dans le but de son organisation et de la maîtrise des dangers éventuels.

En ce qui concerne l’émission des nouvelles billets de Banque, le gouverneur a indiqué que la BCM a procédé à un appel d’offres transparent au terme duquel, a-t-il dit, des sociétés connues internationalement et disposant d’une expérience dans ce domaine ont été choisies dont une société canadienne connue spécialisée dans le domaine des billets de monnaie. En ce qui concerne les pièces de monnaie, a dit le gouverneur, le choix s’est porté sur une société française, soulignant qu’en ce qui concerne la question de l’émission des billets, une transparence totale a été observée.

Le gouverneur a précisé que notre pays est indépendant et souverain et n’est dans aucune position le poussant à se soumettre à n’importe quelle pression de la Banque Mondiale ou d’aucune autre institution, soulignant que la décision prise par la Mauritanie dans ce domaine n’a aucun lien avec des facteurs extérieurs mais qu’elle est intervenue plutôt après une étude durant 4 ans.

Il a en outre souligné que la Mauritanie travaille de manière étroite avec le Fonds Monétaire International (FMI) qui l’accompagne, a-t-il dit, dans les différentes réformes monétaires et celles relatives au budget.

Il a noté que le taux de change est fixé par la demande et l’offre, soulignant que l’équilibre financier que connaît le pays a été salué par tous ses partenaires au développement, notamment le FMI, niant toute baisse de la valeur de la monnaie nationale.

Le Gouverneur a ajouté que la nouvelle réforme monétaire vise essentiellement à renforcer la confiance en notre monnaie et non le contraire. Par conséquent, a-t-il dit, il n’y a pas lieu de parler d’une dévaluation de la monnaie, bien que le marché des monnaies est soumis au mécanisme de la demande et de l’offre, mais la Banque Centrale de Mauritanie contrôle de façon rigoureuse le mouvement du marché et dispose des moyens nécessaires pour cela.

Parlant des prévisions que se font certains de voir l’échange des billets connaître une faible affluence, le gouverneur a souligné que l’existence en grands nombres des agences bancaires, de la trésorerie générale et des bureau de poste aidera à rendre l’opération d’échange fluide, précisant que l’opération sera accompagnée d’une vaste campagne de sensibilisation des populations dans tous les coins du pays.AMI